Nevakel


Accueil - Mémoires d'Arménie - Spectacles de contes - Vasken concert - Equipe - Contact- Rivarts

Présentation du projet

L’Arménie est généralement citée dans le cadre du génocide arménien qui débuta en avril 1915 et  aboutit à l’extermination d’une grande partie de la population arménienne.
Ce génocide fut le premier du 20ème siècle. Il n’a pas réussi pas à éradiquer la culture arménienne. Celle-ci, comme toutes les cultures minoritaires, est aujourd’hui menacée par la globalisation.

En 2015, cent ans après, la diaspora arménienne en France est importante. Elle est insérée dans le paysage français, mais sous connaissons peu son héritage culturel.

Outre la transmission de la langue, des us et coutumes traditionnels dans les pratiques quotidiennes, culinaires, festives, rituelles, les descendants des rescapés du génocide restent très attachés à leurs racines. Ils les font vivre en particulier dans l’enseignement des musiques et des danses...
Vasken Solakian, artiste de la diaspora, est héritier de cette culture. Il s’intéresse à l’oralité arménienne (chants et contes) telle qu’elle a existé au fil des siècles et à son influence sur la création contemporaine. Ses spectacles de contes et musiques évoquent l’Orient et l’Occident. Des contes qui constituent un patrimoine oral universel.

Comme chanteur il propose, avec son groupe, des concerts festifs d’Armenian Gipsy. Avec l’œil nouveau d’un franco-arménien de la diaspora, l’artiste évolue hors des sentiers battus. Il peut, lors d’un même concert, chanter aussi bien en français sur des thèmes d’actualité qu’en arménien des chansons populaires revisités avec différents styles.
Vasken Solakian refuse de s’inscrire dans une mémoire douloureuse. Il présente des spectacles populaires et joyeux, établissant un pont entre les cultures. Il croise son regard à celui d’autres artistes de toutes cultures : musiciens, photographes, réalisateur de clips vidéo, marionnettistes.

Il propose ainsi une réflexion sur intégration, mémoire et actualité et dans le cadre de cette démarche nous questionne :

  1. En quoi la culture arménienne peut intéresser un public non arménien ?
  2. Quel est notre rapport actuel à cette histoire qui peut sembler lointaine ?
    Touche-t-elle aussi notre pays ?
  3. Comment se fait-il que des génocides se reproduisent dans l’histoire et sur différents continents (Indiens d’Amérique, Shoah, Rwanda, Cambodge, etc...) 
  4. Si les raisons du génocide arménien ont été explorées par les historiens, pourquoi des discours racistes qui conduisent à l’intolérance et à la violence, continuent de se perpétrer ?
  5. Le devoir de mémoire suffit-il à la non reproduction ?   
  6. Est-ce que la culture est une réponse à la violence extrême ?

    - Si vous êtes artiste et souhaitez participez à ce projet
    - Si vous êtes programmateur d'un lieu qui souhaite accueillir le projet - téléchargez le dossier complet
    - Si vous êtes un particulier et souhaitez soutenir financièrement ce projet

    Envoyez un mail : nevakel@free.fr pour nous indiquer votre proposition.

Vasken Solakian a créé une chanson sur les têtes coupées qui évoque le génocide arménien.
Il a demandé à Paul Muse photographe anglais d’illustrer sa chanson. Paul a décidé d’approcher la chanson d’une façon actuelle.